Flash info
Accueil | Joviciens d'ici... et d'ailleurs | Anna et Movses Hayrapetian, citoyens joviciens

Anna et Movses Hayrapetian, citoyens joviciens

Ayant fui l’Arménie pour arriver en France le 10 septembre 2010, la famille Hayrapetian, dont la situation avait alors suscité un formidable élan de solidarité de la part de la population jovicienne, s’est depuis installée à Joeuf.
De leur ville natale Erevan, à Joeuf, les yeux plein d’émotions, Anna et Movses, parents de 3 filles, Mariné (15 ans), Arpiné (16 ans) et Gayané (11 ans), nous livrent leur témoignage…

Pourquoi avez-vous fui votre pays, l’Arménie, pour venir en France ?
Anna. Nous vivions à Erevan, capitale de l’Arménie où je travaillais en tant que sage-femme dans une maternité. Movses quant à lui était livreur de pain dans une boulangerie. Victimes de discriminations et de persécutions dues à notre religion, nous avons tous les deux perdu notre travail et nos conditions de vie se sont vite dégradées. Cela n’a pas été facile, mais nous avons décidé de quitter notre pays pour une vie meilleure. Ayant appris le français à l’école et découvert la culture française à travers les romans d’Alexandre Dumas ou encore Victor Hugo, notre choix s’est porté sur ce beau pays qu’est la France. Au fond de moi, j’ai toujours su que ce serait notre pays d’adoption.

Racontez-nous votre arrivée à Joeuf
Anna. Arrivés en France en septembre 2010, nous sommes passés par Nancy, Jarny puis Joeuf où nous avons rencontré des personnes vraiment très gentilles et très attentionnées. La municipalité en la personne de M. le Maire mais aussi les habitants du quartier de Haropré, où nous avons logé dans un premier temps, nous ont apporté aides et soutiens. Aimant cuisiner, j’ai alors pu intégrer le Point Femmes grâce à l’équipe de la Maison des Solidarités et de la Fraternité où j’ai rencontré des personnes formidables avec qui j’ai pu discuter et échanger sur des recettes de cuisine par exemple (les lasagnes n’ont plus de secret pour moi !). Ce groupe de femmes est d’ailleurs pour moi comme une deuxième famille. Aussi, nous intervenons bénévolement dans le cadre des ateliers cuisine mis en place les jeudis après-midi pour les enfants de l’école de Génibois. Nos filles ont été à l’école à Joeuf et suivent depuis leur parcours scolaire de façon tout à fait normale.  Elles ont de bonnes notes, c’est important.
Depuis septembre 2015, nous habitons rue Eugène Bastien et nous nous y sentons bien.

Movses. C’est vrai que l’accueil qui nous a été fait à Joeuf nous a énormément touché. Cela fait chaud au cœur… Pour ma part, en attendant de trouver un travail, je suis des formations et me rends disponible pour le comité de quartier, et les événements organisés par la ville comme le nettoyage des berges de l’Orne et la Journée Fleurie. Je suis également bénévole pour le secours catholique, les restos du cœur… Comme je suis assez bricoleur, j’essaie de rendre service.

Où en êtes-vous dans vos démarches ?
Anna et Movses. Nous avons traversé des moments bien difficiles mais nous n’avons jamais perdu espoir.
M. le Maire a toujours été là pour nous aider. Nous ne trouvons pas les mots pour exprimer notre gratitude. Après 5 ans de démarches, grâce à son implication et celle de ses services, nos papiers ont été régularisés et en novembre dernier, nous avons reçu nos cartes de séjour renouvelables, de quoi pouvoir envisager l’avenir plus sereinement…

x

A lire aussi

Tout savoir sur la fête du comité d’entraide des handicapés du 25/11

Le comité d’entraide au handicapés du bassin de Briey organise la traditionnelle fête annuelle le samedi 25 novembre prochain à partir de 14h30 à la ...

Démolition tribune Sainte Anne

Démolition de la tribune du stade Sainte-Anne

Les travaux de démolition de l’ancienne tribune du stade Sainte-Anne ont commencé. Les premiers crocs de mâchoire mécanique ont été donnés dans la structure ce mardi ...

X